Accueil » Les Actualités » Actualité de l’or

Actualité de l’or

Publié le 9 juin 2022.

Pourquoi connait-on l’inflation aujourd’hui ?

Après une année 2021 marquée par un rebond de la croissance de 7% en France, les signaux pour l’année 2022 semblent plus incertains. L’inflation initialement établit début janvier aux alentours des 3% a été revue la hausse par l’INSEE et atteint 5,2% au mois de mai soit un record depuis 1985. Dans le même temps la croissance économique a été revue à la baisse. En effet, différents facteurs viennent enrayer les rouages de cette reprise économique. A quoi cela est-il dû ? Quelles sont les conséquences ? A quoi doit on s’attendre ? Autant de questions auxquelles Auvergne OR va répondre.

La sortie du covid

Aujourd’hui, très clairement, La France paie le prix de la politique mené par le président Macron avec le « quoi qu’il en coûte ». En effet, afin de soutenir l’économie (les entreprises et le pouvoir d’achat des ménages) pendant cette pandémie, la masse monétaire en circulation en France a considérablement augmenté favorisant une dévaluation de l’Euro. Concrètement, pour un même produit, les clients doivent débourser plus d’euros. Les économistes de l’INSEE avaient anticipé ce risque d’inflation estimé à 3%. Cette situation devait être passagère et compensée par un retour rapide d’une croissance économique à 4%. Des facteurs exogènes, imprévisibles, laisse craindre une inflation plus durable dans l’hexagone voir à une stagflation c’est-à-dire une inflation additionnée d’une baisse de l’activité économique, de la production.

La crise Russo ukrainienne

La crise géopolitique a déstabilisé tout le commerce européen et a révélé la dépendance de l’Europe en matières premières. En effet, l’Ukraine est le grenier de l’Europe en importation de blé, céréales… La guerre a stoppé ce canal d’approvisionnement sans préavis contraignant les pays européens à trouver d’autres partenaires.

Du côté Russe, la dépendance était marquée par l’approvisionnement en gaz et pétrole. La solution pour fragiliser l’économie russe sans risquer de généraliser le conflit a été la mise en place d’un embargo sur les actifs russes et l’édiction d’une série de sanctions. Par ailleurs, un accord européen a été trouvé fin mai et devrait permettre de réduire de 90% les importations de pétrole russe d’ici la fin 2022. L’union européenne se penche maintenant sur les importations de gaz russe afin de retrouver de l’autonomie. Un autre combat s’engage.

Le dollar face à l’euro

L’euro s’est fortement déprécié ces derniers temps face au dollars lesté par le conflit Russo-ukrainien. Les investisseurs ont préféré se tourner vers le dollar monnaie refuge en cas d’enlisement et généralisation du conflit. De plus, le marché des matières premières se concluent en dollars. Pour finir, la baisse de l’euro passant de 1,2350$ en janvier 2021 à 1,08$ fin avril 2022 favorisent les exportations américaines au détriment de nos exportations. En effet, aujourd’hui, cela coute moins chère aux USA de proposer leurs biens sur le marché européen tandis que les exportations européennes coutent plus cher. Cette conséquence plombe énormément la croissance économique.

Le confinement de la chine face à la reprise du covid

Le reconfinement de la chine avec sa politique du zéro covid a également eu un impact sur la hausse des prix. En effet, la chine est considérée comme l’usine du monde. Dans ce cadre, beaucoup d’entreprises industrielles, textiles sous-traitent avec cette dernière. L’arrêt total de l’économie chinoise a donc limité la quantité d’offres disponibles alors que celle de la demande mondiale est en augmentation favorisant pour la hausse des prix.

Le rôle de l’UE dans tout ça

Afin de limiter l’inflation sans pour autant sabrer la croissance économique, la Banque Centrale Européenne a prévu d’augmenter ses taux cet été. C’est un véritable jeu d’équilibriste que la présidente Christine Lagarde va mener. En effet, l’augmentation des taux peut avoir un impact sur les investissements des entreprises et des ménages qui préfèreront reporter leurs investissements en attendant des jours meilleurs.

Au niveau français, le bouclier tarifaires sur le gaz et l’électricité permet d’encadrer les prix.

Ainsi, l’inflation se fait moins sentir contrairement à nos voisins européens tel que l’Allemagne où l’inflation est à 9%

Le Gouvernement Macron a prévu des aides pour les ménages les plus fragiles afin de préserver leur pouvoir d’achat.

Bien que des mesures soient prises, l’inflation devrait encore perdurer jusqu’en 2025. Le pire scénario serait la venue d’une récession hypothèse pour l’instant écartée par l’INSEE.